De ces êtres incertains

unnamed[1]

 

De ces êtres incertains

Je me bats au quotidien

J’y ai perdu mes ailes

En voulant être reine.

*

Princesse de ta vie

Elle a sans doute su te dire

Ce que tu ne veux pas voir.

On me met à l’écart

On ne se soucie déjà plus

De mes ailes déchues.

*

Je reste sans voix

Une fois de plus,

Une fois de trop

Mais déjà tu t’en vas

Si seulement j’avais su

Te peindre tous ces mots…

Seköya

Avide de douceur

unnamed[1]

Quand la réalité s’avère trop brutale

La douceur de tes draps de satin

T’enveloppe et te retient chaque matin

Pour ne laisser à nue ta peau si pâle.

*

Quand ton cœur pleure d’avoir trop attendu

De tout ton être tu restes étendue

Au milieu de nuages de moutons

Qui à leur guise viennent et vont.

*

Quand tes rêves ont la couleur de l’arc-en-ciel

Pourquoi ouvrirais-tu les yeux sur tant de noirceur ?

Quand tes songes ont un goût de miel

Pourquoi te lèverais-tu pour tant d’aigreur ?

*

A l’école de la vie, tu choisis celle des illusions

Qui ménage avec tendresse toutes tes émotions

Pourtant, au fond de toi, tu le sais bien

La vie peut être belle faite de tout petits riens.

*

Voici en quelques mots ce que m’inspire la chanson « Sleep » (Summer Heart)

Ma libellule

unnamed[2]

Ne t’en fais pas, tout ira bien

Ne t’inquiète pas, la vie est douce

Tu peux dormir tranquille

Je m’occuperais du reste

J’irais dompter les dragons des pays enchantés

Je gravirais les montagnes pour te chercher le soleil

Je ferais pousser les plus belles fleurs au creux de tes mains

 

Ne t’en fais pas, tout ira bien

Ne t’inquiète pas, la vie est douce

Tu peux dormir tranquille

Je m’occuperais du reste

Nous voyagerons à dos de dragon à travers les nuages

Nous danserons parmi les libellules et les coccinelles

Et nous rirons à nous rouler dans les prairies enchantées

 

Ne t’en fais pas, tout ira bien

Ne t’inquiète pas, la vie est douce

Tu peux dormir tranquille

Nous irons prendre le thé avec le lapin caché sur la lune

Les lucioles nous éclairerons le chemin jusqu’à notre maison

Et main dans la main, nous inventerons demain

 

Ne t’en fais pas, tout ira bien

Ne t’inquiète pas, la vie est douce

Tu peux dormir tranquille

Nous adopterons des licornes élevées à la poussière d’étoile

Nous irons écouter les contes des gnomes de la forêt

Nous rentrerons épuisés et heureux

 

Ne t’en fais pas, tout ira bien

Ne t’inquiète pas, la vie est douce

Tu peux rêver tranquille

Je veillerais sur toi pendant la nuit

Je resterais près de toi pour toujours

Je t’aimerais chaque jour un peu plus

 

Seköya

50 nuances de mots

A lovely old typewriter, sat on the desk filled with typed up ramblings of poetry or the after effects of a glass of wine the story faded by uneven typeface and inconsistent decisions...

50 nuances de mots

Un peu de nous beaucoup de vous, un peu de tout beaucoup de rien.

Projet commun, valse de mots,

Ecrits et mains,

Jeux de rîmes et d’oxymores, étonne et détonne,

Paradoxes et phrases, imbroglio de sentiments,

Transmission d’émotion,

Machine à écrire et à décrire,

Au bout de nos doigts, de nos claviers, de nos idées,

Fil invisible qui guide nos pas et inspire nos écrits, futile.

Nous sommes un grain de folie dans un océan de sable, nous sommes les tangents, les aimants, les hypersensibles qui dépeignent le monde de leurs mains de fer et d’acier, de tendresse et d’adresse,

Empreintes de désillusions, phrases sans débuts ni fins,

Nous sommes la pluie et le vent, les Rois des mots, les Reines des points,

Sulfureuse danse de nos yeux sur l’écran,

File et défile à toute allure,

Nous sommes ceux qui capturent ce qui n’est déjà plus,

Pour le simple plaisir de savourer l’instant présent.

En secret, la peau et la trace

unnamed[1]

En Secret, une fleur sur mes lèvres

Le sourire quand je me lève

Un brin de bonheur est entré

Au creux de mes mains fanées

 

Je ne me soucis plus de ton absence

La vie prend un autre sens

C’est par là que je m’en vais

Sans me soucier de qui tu es

 

Indifférence de plus

Qu’importe ce qu’il arrive

Je me laisse aller petit à petit

Aux baisers sous la pluie

 

Je goutte au bonheur

Sans payer mes erreurs

Et du cauchemar que j’étais

Continuant à griffer

Il ne reste rien d’autre

La Peau Sous Les Traces.

Par Seköya

 

 

Grain de Folie!

Grain de folie

Petit grain de folie

Au milieu de ma nuit

Tu virevoltes

Et tu t’affoles

Me narguant

A l’autre bout du lit

Je hais mes insomnies

Petit grain de folie

Au beau milieu de la nuit

Tu t’égosilles

Et tu babilles

Je reste impassible

Je lis

Petit grain de folie

Dévorant mes nuits

Tu m’ensorcelles

Tu m’appelles

Tu voudrais que je fuis ce lit

Source de tant d’envies

Petit grain de folie

Laisse-moi dormir

Et sans un bruit

Laisse-moi te dire

Bonne nuit !

 

Folle danse

tumblr_n8xvhiNB0n1tuk680o1_500[2]

C’est à peine si mes pieds touchent encore le sol,

Je suis en apesanteur

Et mon corps fragile, gracile,

S’agite et se décoordonne,

Un bras, une jambe, ma bouche crie des paroles qu’elle à entendue tellement de fois qu’elle pourrait les graver dans le marbre,

Mes cheveux se balancent,

Une main juste au dessous de ma hanche, guidant un à un, chacun de mes pas,

Je me perds, je m’abandonne, je m’illusionne,

Je suis la pluie et le beau temps,

Je suis la Reine des nuages,

Une autre main, dans mes cheveux, puis le long de mon bras,

Dans une étreinte, toute en retenue, toute en suggestion,

Les yeux mi-clos,

Un souffle, puis saccadé, un pas,

Je suis l’oublie et la joie,

Et tu es le Roi de mes nuits.

Beawriter.

Jeu de doigts

main dans la main

 Nos doigts s’entrelacent

Avant de se connaître

Ils s’apprivoisent

Avant de se toucher

Ils se rapprochent

Autour d’une tasse de café

Et l’odeur âcre

De la boisson sucrée

Nous donne envie

De nous éloigner

De nous rapprocher

***

Nos doigts se cherchent

Avant de se trouver

Ils s’attachent

Avant de s’attarder

Ils se frôlent

Sur la courbe de nos hanches

Sur le bout de nos phalanges

Ils se mélangent

Autour d’un drap

Dans le creux de nos bras