Paper Towns

Paper Towns film complet, Paper Towns film complet en streaming vf, Paper Towns streaming, Paper Towns streaming vf, regarder Paper Towns en streaming vf, film Paper Towns en streaming gratuit, Paper Towns vf streaming, Paper Towns vf streaming gratuit, Paper Towns streaming vk,:

Hello la compagnie!

Cet été, je me suis lancée dans la lecture, et j’ai donc cédé à l’engouement: Face Cachée de Margo ou en version originale: Paper Towns. (Je préfère nettement ce titre là à la traduction française ^^)

Donc j’ai commencé à lire, après une longue, que dis-je longue, trèèès looongue pose de lecture. La première, puis la seconde, puis toutes les autres pages ont défilés, assez vite, même très vite. En moins d’une semaine, le roman était avalé.

  • Le style de l’auteur: John Green

J’ai beaucoup aimé son écriture fluide et sans détour, fourni de réflexions sur les apparences, sur la vie et la mort aussi angoissantes que légères. Si vous aimez la littérature qui aux  premiers abords semble anodine et sans profondeur mais qui, si vous grattez bien fini par révéler une sorte de leçon de vie bien salvatrice et dérangeante, je pense que vous devriez apprécier.

  • Histoire et Chronique ***

Pour ce qui est de l’histoire, rien de bien original en soit, tout est dans la subtilité de l’écriture et de la compréhension de l’atmosphère qui se dégage du roman.

L’histoire est d’apparence plutôt banale mais se démarque des romans adolescents à l’eau de rose dans le sens ou nous sommes du point de vue du garçon et rien ne tourne vraiment autour d’un amour niais mais plutôt autour d’une quête de sens et de connaissance de l’autre.

Quentin est amoureux de Margo Roth Spiegelman sa voisine, depuis le jour ou elle est arrivée dans son quartier. Il pense que toute personne à droit à un miracle dans la vie et qu’elle est le sien. Margo est cette fille populaire qui, qu’en elle vous accorde un tant soit peu d’attention vous fait naïvement croire que vous êtes la personne la plus importante au monde. La veille de sa disparition elle a décidé de mener une mission vendetta avec Quentin, à qui elle n’a pas parlé depuis plusieurs années. Le jour d’après, elle disparait mystérieusement de la circulation et Quentin y voit le signe qu’il se doit de la retrouver.

C’est de cette façon que s’installe l’histoire.

Le roman est découpé en 3 parties. J’ai beaucoup aimé la première et la dernière, parcontre la deuxième était un peu trop languissante et finissait finalement par nous donner la désagréable sensation de tourner en rond sans jamais avancer d’un poil.

Mis appart cela, le roman parvient à nous surprendre et maintenir cette sorte d’angoisse frôlant le dérangeant tournant autour d’une issue tragique ou non. Il faut aimer ce genre d’ambiance, pour ma part c’est complètement le cas.

  • Parallèle avec le film

Comme j’avais pas mal adhéré au style du livre, j’ai eu envie d’aller voir son adaptation cinématographique. Je me doutais bien que je serais déçue, que l’écran ne réussirait pas à rendre correctement la profondeur des mots et en effet, ça n’a pas loupé. (Même si j’aurais bien aimé être agréablement surprise ne vous méprenez pas)

Les acteurs étaient non seulement très mal doublés mais en plus de cela, ils jouaient plutôt mal. Aucun des deux n’a réussi à rendre le vrai caractère qui se dégageait du  livre.  Cara Delevingne collait déjà plus au personnage de Margo que Nat Wolff: Quentin, rendu complètement plat (pour le coup : complètement de papier!), un garçon éperdument amoureux à en devenir complètement dénué de sens critique qui, à aucun moment, ne hausse le ton ou émet ces propres réflexions sur la vie ou son point de vue qui avait pourtant, à mon sens, beaucoup d’importance dans le livre.

En fait, le roman était un dialogue riche en réflexion et plutôt intense entre les deux personnages, le film me donne l’impression d’un pâle monologue sans grand intérêt. C’est très dommage. Je pense que le film aurait pu être mieux optimisé, rendre plus fidèlement l’ambiance . En plus de cela, tout un tas de passages ont été coupé alors qu’ils auraient pourtant été tout à fait réalisables à l’écran, un manque criant de budget à dénoncer?

Tout l’aspect angoissant et original de l’histoire n’est pas exploité mais au contraire gommé, sans doute par soucis de s’adresser à un public plus large encore?

Au lieu de sublimer le livre, le film ne rend qu’une pâle copie bas de gamme.

Beawriter.

14 Best John Green Quotes - Inspiring Quotes From John Green Books - Seventeen: