The Caged Bird Sings

Pieds nus,

J’avance avec lenteur dans l’herbe tendre,

Légère brise,

 Douce caresse,

Passent les corbeaux noirs,

Signes d’un mauvais présage,

Mes yeux grands ouverts,

Mon échine frissonne.

*

La tête levée vers le ciel,

Je respire, j’inspire, j’expire,

Je scrute l’immensité bleu,

*

Elle me donne le tournis, me plonge dans le déni,

Dans mes yeux, se reflète l’intensité des couleurs,

Grandeur et décadence,

Un monde où les opposés se rencontrent et s’affrontent,

Un monde dépourvu de peur, d’ennui, et de combat d’ego,

*

Dans mes yeux,

Aux creux de mes pupilles,

Se reflète un univers où personne n’est de trop

 Beawriter

Publicités

Fly – Ludovico Einaudi

Comment t’exprimer, chez lecteur, avec autant de justesse que celle des notes à quel point ces derniers jours ont été éprouvants et remplis,

Comment t’exprimer mieux que par la musique, mieux que par le piano qui file à toute allure, ma vie qui défile et le temps que je n’ai plus,

Le temps que je ne prends plus,

J’atténue la cadence,

Mon rythme effréné,

Je prends un peu le temps,

Et je t’invite à écouter ce très jolie morceau de piano,

Tu le reconnaîtras surement,

Je l’aime énormément,

Il me file le frisson, encore et encore, et j’espère qu’il te fait autant d’effet qu’à moi:

 

 

Beawriter