Légère comme une plume…

unnamed[1]

Je me dis parfois qu’il serait bon et doux de se laisser porter.
Par la vie, par les événements, prévus ou non.
De voler comme une plume infiniment légère, baladée au gré du vent.
Ne se faire aucun soucis. Se sentir vide de tout, sauf de joie et d’amour.

Je songe à combien il serait reposant de ne plus passer son temps à tout analyser.
Ni les mots, ni les actes. Se dire que le passé est derrière soi.
Puisqu’on ne peut réécrire notre histoire, peut-être est il possible d’apprendre à s’en accommoder ? Faire de ses faiblesses une force.
Vivre l’instant présent, pleinement. Se délecter des petits plaisirs quotidiens.
Profiter.

On dit qu’il est nécessaire d’apprendre à aimer la pluie pour voir l’arc-en-ciel.
Ou encore, qu’il faut amener sa bonne humeur à la vie pour la voir nous sourire
en retour.
Et si la liberté passait par le fait de se délester de tout ce qui nous ronge ?
S’autoriser à être soi-même. Croire en ses rêves. Croire en ses capacités.
S’accorder le droit de mener l’existence dont on rêve, sans plus attendre.

Si tu avais la possibilité de changer une chose dans ta vie, là tout de suite, quelle serait-elle ?

Paper Towns

Paper Towns film complet, Paper Towns film complet en streaming vf, Paper Towns streaming, Paper Towns streaming vf, regarder Paper Towns en streaming vf, film Paper Towns en streaming gratuit, Paper Towns vf streaming, Paper Towns vf streaming gratuit, Paper Towns streaming vk,:

Hello la compagnie!

Cet été, je me suis lancée dans la lecture, et j’ai donc cédé à l’engouement: Face Cachée de Margo ou en version originale: Paper Towns. (Je préfère nettement ce titre là à la traduction française ^^)

Donc j’ai commencé à lire, après une longue, que dis-je longue, trèèès looongue pose de lecture. La première, puis la seconde, puis toutes les autres pages ont défilés, assez vite, même très vite. En moins d’une semaine, le roman était avalé.

  • Le style de l’auteur: John Green

J’ai beaucoup aimé son écriture fluide et sans détour, fourni de réflexions sur les apparences, sur la vie et la mort aussi angoissantes que légères. Si vous aimez la littérature qui aux  premiers abords semble anodine et sans profondeur mais qui, si vous grattez bien fini par révéler une sorte de leçon de vie bien salvatrice et dérangeante, je pense que vous devriez apprécier.

  • Histoire et Chronique ***

Pour ce qui est de l’histoire, rien de bien original en soit, tout est dans la subtilité de l’écriture et de la compréhension de l’atmosphère qui se dégage du roman.

L’histoire est d’apparence plutôt banale mais se démarque des romans adolescents à l’eau de rose dans le sens ou nous sommes du point de vue du garçon et rien ne tourne vraiment autour d’un amour niais mais plutôt autour d’une quête de sens et de connaissance de l’autre.

Quentin est amoureux de Margo Roth Spiegelman sa voisine, depuis le jour ou elle est arrivée dans son quartier. Il pense que toute personne à droit à un miracle dans la vie et qu’elle est le sien. Margo est cette fille populaire qui, qu’en elle vous accorde un tant soit peu d’attention vous fait naïvement croire que vous êtes la personne la plus importante au monde. La veille de sa disparition elle a décidé de mener une mission vendetta avec Quentin, à qui elle n’a pas parlé depuis plusieurs années. Le jour d’après, elle disparait mystérieusement de la circulation et Quentin y voit le signe qu’il se doit de la retrouver.

C’est de cette façon que s’installe l’histoire.

Le roman est découpé en 3 parties. J’ai beaucoup aimé la première et la dernière, parcontre la deuxième était un peu trop languissante et finissait finalement par nous donner la désagréable sensation de tourner en rond sans jamais avancer d’un poil.

Mis appart cela, le roman parvient à nous surprendre et maintenir cette sorte d’angoisse frôlant le dérangeant tournant autour d’une issue tragique ou non. Il faut aimer ce genre d’ambiance, pour ma part c’est complètement le cas.

  • Parallèle avec le film

Comme j’avais pas mal adhéré au style du livre, j’ai eu envie d’aller voir son adaptation cinématographique. Je me doutais bien que je serais déçue, que l’écran ne réussirait pas à rendre correctement la profondeur des mots et en effet, ça n’a pas loupé. (Même si j’aurais bien aimé être agréablement surprise ne vous méprenez pas)

Les acteurs étaient non seulement très mal doublés mais en plus de cela, ils jouaient plutôt mal. Aucun des deux n’a réussi à rendre le vrai caractère qui se dégageait du  livre.  Cara Delevingne collait déjà plus au personnage de Margo que Nat Wolff: Quentin, rendu complètement plat (pour le coup : complètement de papier!), un garçon éperdument amoureux à en devenir complètement dénué de sens critique qui, à aucun moment, ne hausse le ton ou émet ces propres réflexions sur la vie ou son point de vue qui avait pourtant, à mon sens, beaucoup d’importance dans le livre.

En fait, le roman était un dialogue riche en réflexion et plutôt intense entre les deux personnages, le film me donne l’impression d’un pâle monologue sans grand intérêt. C’est très dommage. Je pense que le film aurait pu être mieux optimisé, rendre plus fidèlement l’ambiance . En plus de cela, tout un tas de passages ont été coupé alors qu’ils auraient pourtant été tout à fait réalisables à l’écran, un manque criant de budget à dénoncer?

Tout l’aspect angoissant et original de l’histoire n’est pas exploité mais au contraire gommé, sans doute par soucis de s’adresser à un public plus large encore?

Au lieu de sublimer le livre, le film ne rend qu’une pâle copie bas de gamme.

Beawriter.

14 Best John Green Quotes - Inspiring Quotes From John Green Books - Seventeen:

 

 

 

Ces souvenirs que l’on tait

unnamed[1]

Je l’aperçois au loin. Belle. Immortelle. Combien d’années déjà ?

Les souvenirs m’interrogent du regard. Je ne me souviens plus très bien. Je ferme les yeux. Peut-être que je peux essayer de remonter le temps, de lui faire une place ?

Elle m’invite dans son sillage. Puis me fuit. Elle me cherche. Elle me teste. Elle joue à cache-cache avec ma mémoire, avec les images d’autrefois. Il ne reste plus rien. Ma mémoire a fait le tri. Ou bien c’est moi qui refuse de remonter le cours du temps, qui refuse de me replonger dans des fous rires d’une autre époque, dans des matins brumeux, des soirées interminables, des couchers de soleil main dans la main.

Je crois que c’est moi qui tiens les souvenirs à distance pour ne pas les laisser empiéter sur aujourd’hui, pour ne pas avoir à répondre à l’unique question qui a le pouvoir de tout remettre en cause « qu’est-ce que tu as fait de ta vie ? »

Alors j’ouvre les yeux avant qu’il ne soit trop tard. Je tourne les talons, avant que les rires des enfants ne m’atteignent, avant que je n’entende quelqu’un prononcer mon nom.

Trilogie

Vous avais-je déjà parler de mon goût immodéré pour les sagas ? Une fois n’est pas coutume ( puisque la chronique d’octobre portera aussi sur une série) , je vais vous parler aujourd’hui d’une trilogie. Trois romans frais, sucrés et acidulés comme une glace à l’eau. Des romans qui vont mettre du soleil dans votre PAL de ce mois de septembre déjà grisonnant. On va pas chercher à se torturer les méninges avec ces histoires, c’est sûr, puisque, comme tout bonne série publiée chez H, on parle d’amour, de bonheur, de seconde chance et de baisers passionnés. Mais c’est aussi pour ça qu’on l’aime. Je vous rassure tout de suite, on n’est pas non plus dans le registre cul-cul la praline. Les histoires sont bien construites et les protagonistes plutôt fouillés ( même les personnages secondaires, ce qui est plutôt rare dans ce genre littéraire, on en conviendra). Par ailleurs, si vous aimez les chiens, je vous conseil aussi de lire ces romans, plus particulièrement le deuxième tome ( chacun des tomes peu être lu individuellement mais par souci chronologique et en raison d’histoires ( secondaires mais quand même) s’étalant dans les trois tomes, je vous conseil de les lire dans l’ordre) où un labrador absolument adorable vole la vedette aux héros principaux.

C’est parti pour la présentation des trois tomes !
Tome 1 : La maison de Grace.
En quatrième de couverture on peut lire ceci : En ce moment, Grace n’est plus certaine de rien dans sa vie, sauf d’une chose : elle a un besoin vital de faire le point. Et quel meilleur endroit pour cela que Summer Island, l’île dans laquelle elle a grandi ? Là, dans la maison de son enfance où elle a tous ses repères, et avec l’aide de ses meilleures amies qui la connaissent si bien, elle arrivera peut-être à démêler les fils de son cœur… Elle se sent tellement perdue ! Trahie par son fiancé, elle avait fait le serment de ne plus jamais tomber amoureuse. Mais, une nuit, elle a rencontré par hasard Noah, un homme comme elle n’en a jamais connu. Un homme qui a remué quelque chose de nouveau en elle : pour la première fois de sa vie, elle a senti qu’elle pouvait toucher son rêve du doigt – construire son propre foyer… Sauf que, elle le sait, rien n’est plus difficile que de réapprendre à aimer.
 Et là, je vous vois lever les yeux au ciel et me maudire parce que j’avais jurer que ce n’était pas gnan-gnan à souhait. Je maintiens ce que je dis, la quatrième de couverture ne rend absolument pas hommage au contenu du livre. Pour tout dire, à peine terminé, je me suis ruée sur le deuxième tome, histoire de retrouver rapidement ces personnages plus attachants et hauts en couleurs les un que les autres. L’histoire est passionnante, bien construite, la lecture est fluide. On y parle de valeurs morales importantes comme la confiance, l’amour, l’amitié, la persévérance ou encore le pardon. Pour autant, il n’est pas déconnecté de la réalité de le vie, les personnages vivent des choses difficiles, également. Ce qui les rend d’autant plus proches de nous. C’est un petit roman plein d’humanité qui donne tout simplement envie. Envie de vivre, de réaliser ses rêves, de croire en l’avenir, d’apprendre de nouvelles choses …
Tome 2 : Une robe pour Jilly.
Pour le coup, la quatrième de couverture m’a vraiment intriguée. La voici : D’accord, Jilly avait vraiment besoin de vacances : la tonne de travail engendrée par le succès de son restaurant commençait à avoir raison de sa santé. Mais si elle avait su que la surprise que ses amies lui avaient réservée consistait en un séjour dans un hôtel perdu dans les montagnes et peuplé de grands-mères passionnées de tricot, jamais elle n’aurait accepté !
Et le pire, c’est que les vacances se transforment en cauchemar quand une tempête de neige empêche toute sortie, et que Jilly se retrouve sans trop savoir comment à devoir jouer le rôle de la mariée pour un faux mariage organisé à l’hôtel pour une vieille dame excentrique. Oui, un cauchemar… jusqu’à l’apparition du faux fiancé. C’est le beau ténébreux qu’elle a repéré dès son arrivée à l’hôtel, un grand brun aux yeux sombres qui ne parle à personne. Un certain Walker Hale, dont un seul regard suffit à la faire frissonner. Faire semblant d’être amoureuse de lui pendant quelques jours ne devrait donc lui poser aucun problème – à condition de ne pas se laisser prendre au jeu…
Un faux mariage, vraiment ? Mais pourquoi ? Comment ? Connaissant en plus le caractère de l’héroïne pour l’avoir fréquenter (un peu) dans le premier tome, je me demandais bien comment tout ceci allait être amené par l’auteur. Jilly étant mon personnage favori de la saga, j’avais peur qu’elle y perde un peu de ses spécificités mais en fait, pas du tout ! Ce tome est tout simplement génial, bien qu’il débute d’une manière plutôt dramatique. Franchement, même si vous n’êtes pas branché(e)s romance, foncez l’acheter ! On y parle d’amour, c’est sûr, mais aussi de cuisine, de tricot (ça donne envie de se mettre au deux, tiens !), d’une maison perchée dans les falaises, de l’affection d’un homme pour son chien et celui d’une communauté pour sa patriarche … Je trouve que c’est le tome le plus rythmé de la série, ce qui n’est pas pour me déplaire. J’ai aussi apprécié que le couple formé par Jilly et Walker soit un peu moins lisse que celui formé par Grace et Noah dans le précédent. Bref, on reste dans la lecture légère et sans prise de tête mais celui là à une saveur épicée qui m’a particulièrement enthousiasmé !
Tome 3 : La promesse d’Olivia 
On retombe dans du plus classique avec l’histoire d’Olivia et de Rafe. Je vous laisse en juger : Peut-être qu’en fait, les contraires ne s’attirent pas – c’est du moins l’avis d’Olivia. Parce que, si c’était le cas, elle se serait enfuie avec son premier amour, le ténébreux et vrai bad boy Rafe Russo, quand ils étaient adolescents. Non, au lieu de cela, la sage et douce Olivia a respecté la promesse faite à son père de suivre la vie qu’il voulait pour elle – études d’architecte, grande ville, carrière –, vie qui l’a menée dans une terrible impasse. Sa carrière est réduite à néant et, surtout, son père vient de mourir. Effondrée, perdue, Olivia se réfugie à Summer Island, son île natale. Là, elle sait qu’elle peut compter sur ses amies de toujours pour l’aider à traverser cette douloureuse période. Elle est alors loin, très loin de se douter que celui qui occupe ses pensées depuis toutes ces années est lui aussi sur le point de retourner sur l’île. Et si l’homme qu’est devenu Rafe n’a plus rien à voir avec le bad boy de l’époque, leurs retrouvailles risquent tout de même d’être du genre… explosif.
C’est le tome qui me laisse le plus sur ma faim. L’histoire d’amour est classique, bien sûr et bien qu’elle subisse de petites péripéties intéressantes ( les héroïnes de cette saga semblent jouer de malchance ! ) , cela reste quand même très cousu de fil blanc. A vrai dire, avec la nette évolution entre le premier et le deuxième tome, je m’attendais à un final beaucoup plus poussé, plus surprenant … Je pense que j’en espérais peut-être un peu trop, vu le tempérament des personnages. Le principal intérêt, pour moi, de ce tome reste l’histoire secondaire entre Livie et son père, mais là encore j’aurais aimé que ce soit plus abouti ( d’ailleurs, le fin mot de cette histoire me laisse perplexe, vous me direz ce que vous en pensez si vous cédez à l’appel du Harbor House Café). Pour finir, je suis un peu déçue que la saga ce finisse sur cette note, cependant ce n’est pas non plus un navet … On va dire que c’est un roman qui nage entre deux eaux, un tome agréable mais qui ne mériterait pas d’être celui qui clôture cette saga estivale divertissante.
Voilà pour ma rentrée littéraire ! J’espère vous avoir convaincu et je vous donne rendez-vous en octobre pour une autre série romantique mais cette fois ci , on parlera de fleurs et de fantômes ! En attendant, bonne lecture à toutes et à tous !
Di

Chroniques littéraires – La brigade des fous de Philip Le Roy

On commence cette chronique par une série de thriller tout à fait sympathique. Cette saga est un énorme coup de coeur car elle réunit plusieurs thématiques qui sont chères à mon coeur ( l’acceptation de la différence, la valorisation d’un handicap, l’écologie ..) , j’en ai tout autant apprécié les valeurs ( entraide, respect ..) que le lieu de l’action ( la France !) ou le style d’écriture ( énormément d’humour ). C’est donc un carton plein pour la brigade des fous et j’aurais bien du mal à trouver des défauts à cette série qui me réjouit depuis déjà trois tomes et dont j’attends la suite avec impatience.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet, à savoir la trame principale des livres :
Si vous n’aimez pas les romans où les ados sauvent le monde, vous pouvez passer votre chemin. Même constat si vous n’êtes pas fan des antihéros. Dans le cas contraire, vous allez être servi ! Le docteur Scheffer, un éminent pédo-psychiatre à constitué, avec l’aide de quelques acolytes, la brigade des fous. Une petite équipe constituée d’un autiste savant génie des maths et de l’informatique, d’une hypéractive accro à l’adrénaline, d’un geek albinos meilleur stratège qu’un caporal chef de l’armée, d’une ghotique sado-masochiste qui ne craint pas la mort, d’un trisomique dotée d’une force herculéenne et, pour finir, d’une séductrice pathologique. Le principe même de cette entreprise n’étant pas de les guérir mais de contrôler et d’amplifier leurs aptitudes naturelles pour en faire une brigade d’intervention aux capacités d’analyse impressionnantes et aux moyens d’actions stupéfiants. Les six protagonistes servent les intérêts du programme Noé visant à lutter contre la destruction de la planète. Une association décoiffante et hautement originale !
*
Tome 1 : Blackzone
Dans ce premier tome, on est tout de suite plongé dans l’ambiance de la saga. Comme tout bon thriller, cela commence par un meurtre et l’arrestation d’un suspect. Ensuite tout s’enchaîne à un rythme trépident et jubilatoire. On nous présente la brigade et son histoire, le fonctionnement du programme Noé, les pièces du jeu se mettent naturellement en place, dans un style fluide et très agréable. La personnalité et la psychologie des personnages est plutôt bien exploitée et leur première mission est pleine d’envergure : infiltrer l’entourage d’un mafieux taïwanais, qui a plusieurs projets dans son sac pour asphyxier la planète.
*
Tome 2 : Red Code
Dans ce second tome, on s’éloigne très légèrement de la pure mission écologique ( et encore, pas tellement puisqu’il est question du nucléaire, du gaz de schiste et autres joyeusetés ) pour s’intéresser à l’embrigadement des jeunes dans les filières terroristes et les divers trafics dont il font l’objet.  Je trouve que ce roman est plus politique qu’écologique, quoi que les deux soient intimement liés, cependant, il vient confirmer ce que le premier tome laissé deviner : le talent de l’auteur et le côté addictif de la brigade des fous ! Plus sombre, plus audacieux, plus adulte, ce deuxième tome est un bijou d’imprévisibilité. Et c’est à contre-coeur que j’ai tourné les dernières pages, pas pressée pour un sous de quitter cette jolie bande de doux-dingues ..;
*
 
Tome 3 : White shadows 
Dans ce troisième tome, le rythme est beaucoup plus lent et la mission de nos héros, beaucoup plus personnelle. C’est, en effet, une mission de sauvetage qu’ils devront menés. Bien que la question environnementale soit à nouveau remisé au second plan, on retrouve tous les éléments qui font le succès de la saga : les problèmes environnementaux ( la gestion des déchets nuclaires, en toile de fond ) , les méchants  (la mafia, rien que ça !) l’action, les cascades, des plans le plus souvent foireux mais toujours aussi inventifs et surtout cet humour corrosif qui sait désamorcer toutes les situations de crise !
*
Si certains pourront reprocher à ces trois tomes d’être trop axés sur la jeunesse, de manquer de profondeur ou de détails, pour ma part, je ne peux que vous encourager à vous ruez sur ces livres originaux qui tirent aussi leur force dans le parti qu’à prit l’auteur d’évoquer des faits d’actualités. Problèmes de territoires, drames environnementaux causés par l’homme, trafics en tout genre, terrorisme, altération de la bio-diversité … je trouve personnellement que les histoires sont percutantes et bien documentées. Si ces livres restent du domaine fictionnel, nul doute que les problèmes évoqués sont des réalités et que les conséquences seront aussi désastreuses que celles décrites dans les romans. De quoi fournir quelques électrochocs salutaires et pourquoi pas, faire le nid de futures vocations ! Pour finir cette premier chronique aoutienne, je ne dirais qu’une chose : vivement les prochains tomes !
*
Par Di.

Sur la vague des mots

www.version-prod.fr annonce téléphonique / message téléphonique / téléphone fixe / messages vocal / messagerie vocal / messagerie répondeur / accueil téléphonique /standard / musiques attentes téléphoniques / spot radio / studio pub radio

Depuis quelques jours, elle avait en tête une musique qui revenait sans cesse. A tout instant de la journée, lorsqu’elle levait les yeux vers le ciel, elle voyait  des vagues parmi les nuages.

Ce n’était pas un mirage, c’était une danse qui se dessinait dans son esprit, dont les pas écrivaient ces mots :

Par la plume, tu écriras tes rêves et tes songes

Sur le papier, la partition de tes mots s’inscrira.

Elle prit un carnet et commença à noircir les pages blanches, chaque jour elle avait besoin de coucher sur les feuillets ses idées et des pensées.  Cette musique de mots lui apporta un exutoire salutaire. C’est ainsi qu’elle est devenue scribouilleuse.

Le rêve des mots qui se transforment et se posent, quand la plume  déverse le flot de son cœur, au rythme de ses battements apaisés, elle écrit à la volée.

Des envolées de papier naquirent de ses doigts déliés.

Appréhender le monde

 

« C’est fou comme les différentes langues peuvent nous faire voir le monde d’une façon différente. Par exemple j’ai acheté il y a peu un livre pour avoir les bases du mandarin. Le « mot » pour « écume » est fait avec le signe pour « eau » et le signe pour « fin » parce que, comme dit le livre, « l’écume est la dernière forme que prend l’eau quand elle vient mourir sur le rivage ». Je trouve ça très poétique et je pense que je ne verrais jamais plus une vague de la même façon.

Je ne sais pas si c’est Dieu qui a donné une langue différente à tout le monde (je ne crois pas en Dieu) mais s’il existe et s’il l’a fait alors ce n’était pas une punition pour avoir tenté de le rejoindre : c’était un cadeau. Vraiment. Parce que ce que nous l’on voit n’est pas vu de la même manière par les personnes d’une autre langue. Par exemple les Inuits ont plein de mots pour désigner la couleur blanche, alors que pour nous du blanc c’est du blanc et point barre. Dans le numéro de National Geographic d’il y a trois ou quatre mois je ne sais plus, ils parlaient des enfants basques je crois, ou en tout cas Français qui parlent une langue régionale mais je ne sais plus laquelle (c’est précis tout ça :P) et dans cette langue le mot pour « école » et celui pour « échelle » est identique. Ils utilisaient cet exemple pour dire que, en gros, les enfants qui parlent deux langues peuvent raisonner de deux manières différentes. C’est pour ça que je pense que les parents qui ont la chance d’avoir une double nationalité doivent transmettre leurs deux langues à leurs enfants. Je comprends aussi ce que pense une expatriée étrangère en France qui avait été interviewée par Nicolas Carreau dans Les Carnets du Monde d’Europe1 et qui disait qu’elle finirait par ne parler que Français à son enfant parce que sinon il ne parlerait parfaitement aucune des deux langues. Je comprends son point de vue mais je ne suis pas d’accord.

Ma mère dit que souvent les Arabes dans sa classe sont meilleurs en maths. Je me demande si ce ne serait pas moins relatif à une prédisposition génétique (quelle drôle d’idée) qu’à la logique de leur langue. Peut-être que d’une manière ou d’une autre la logique de leur langue rejoint celle des maths ? Je ne crois pas que ça soit tant que ça tiré par les cheveux. Enfin pas trop. En tout cas je trouve ça intéressant de voir la structure des langues étrangères, comment elles fonctionnent, parce que c’est une autre manière de voir les choses, une autre manière d’appréhender le monde. »

Par Melgane du blog: Fuite en avant

Question de langage

J'aurais aimé, poème par Robin Parady

Je vous le dit sans bonnet difforme car il vaut mieux en prendre conscience dès maintenant avant de devoir descendre du pied d’Estal assez brutalement. Je risque d’ailleurs de passer pour le bouquet missaire, mais voilà… Savoir s’exprimer est une chose, mais connaître les mots que l’on emploie (et bien les utiliser) en est une autre.

Lire la suite

Une autre nuit

Nue sur les draps blancs, je sens le souffle du vent caresser mon visage, mon corps tout entier. J’étends mes bras de l’autre côté du lit. Il n’est plus là. Je n’ai rien senti. Un instant, il colle ses jambes contre les miennes, pose son bras sur le mien. Un instant plus tard, il s’est évanoui. La nuit l’a emporté loin de moi. Il s’échappe toujours sur la pointe des pieds. Je ne remarque son absence qu’au réveil, quand le soleil tape à travers les carreaux, et que les ombres dansent dans la chambre, remplie de tous ces souvenirs de nous. J’aimerai qu’il s’attache un peu plus. Mais je sais qu’une autre vie l’attend.

La fenêtre reste ouverte encore un moment, le temps que je reprenne contact avec la réalité. Je la ferme doucement, sans faire de bruit, comme pour immortaliser l’instant, en attendant une autre nuit.

 

Ces milles vies intérieures

Photography by Mirelle Carmichael Photography www.mirellecarmichael.com / mirellecarmichael.com, Floral Design by Sprigs Floral Designs / sprigsfloraldesigns.com, Photo Shoot Styling by Captivating Events by Megan / captivatingeventsbymegan.com

Depuis que je suis en âge de décoder les lettres, j’ai eu un livre à la main. Ou un magasine. Ou une BD. 

Parfois, la vie prend des courbes stupéfiantes ou improbables.La mienne est souvent transportée par la puissance des mots et la magie des histoires qui me donnent toujours l’étrange certitude que tout est possible quand on le veut vraiment. Etre lectrice, c’est aussi être tricoteuse au bord de la mer, aventurière dans un monde extra-ordinaire, témoin de la guerre, sorcière luttant contre le mal … 
 
Dans un roman, on peut être tout ce que l’on est pas et tout ce que l’on rêve d’être : courageuse, passionnée, romantique, casse-cou et un million de choses encore.C’est tellement d’émotions, parfois d’interrogations, une invitation à la réflexion, une thérapie, une évasion. Je ne me sens jamais seule avec un livre. Ils accompagnent mes états d’âme beaucoup mieux que n’importe d’autre. Ils servent de lien aussi. On se les prêtes, on en parle, on se questionne à leur sujet, on donne notre avis sur l’histoire, les personnages, leurs péripéties … Et c’est pour être en lien avec vous, pour partager mes coups de cœur littéraire, que j’ai choisi d’entamer une petite chronique sur ce joli blog collaboratif. J’essaierais, chaque mois, de vous soumettre une fiche d’avis sur un ou plusieurs livres que j’ai lu. Ainsi, nous écumerons ensemble pleins d’autres nuances de mots ! 
 
N’ayant pas encore terminé le roman en cours, j’ai choisis de vous faire part d’un petit questionnaire, auquel j’ai moi-même répondu, pour que nous puissions déjà échanger sur nos habitudes et nos souvenirs de lecture ! N’hésitez pas à y répondre en commentaire ! 
 

Un premier souvenir de lecture ?

J’en ai deux,en fait. Ma maman me lisant les tomes de la série  » Martine » et les « Pomme d’Api  » que je recevais tous les mois dans ma boîte aux lettres. Chez nous, des livres, il y en a toujours eu. Ma mère lisait énormément et mon père était plutôt BD. On va dire que je suis tombée dans la marmite toute petite. J’ai ensuite évolu vers Astrapi et les séries ( j’ai toujours eu une grande affection pour les livres à plusieurs tomes, ce qui explique sans doute ma passion des mangas également) du genre Grand Galop, Tom-Tom et Nana etc…

Le chef d’oeuvre méconnu que vous portez aux nues ?

Sans aucune hésitation : L’homme qui venait de nulle part part Pénélope Williamson.

Le topo :

Veuve depuis peu, la jeune et belle Rachel lutte pour élever seule son fils tout en respectant les règles de la communauté des Justes. Une vie simple et austère, qui suit le rythme immuable et exigeant de la nature selon l’ordre voulu par Dieu.
Mais la jeune femme ne se sent pas encore prête à se remarier, comme le lui impose la loi de son clan. Encore sous le choc de la barbarie de ces « étrangers » qui ont assassiné son époux, Rachel essaie simplement de reprendre le cours de sa vie.
Un matin d’hiver, un homme survient, qui va bouleverser son destin… Un meurtrier, un hors-la-loi issu du monde de violence et de haine que les Justes rejettent. À l’encontre de toute règle, Rachel va porter secours à cet étranger, au risque de se voir bannie des siens…

Mon avis : C’est un des plus beaux livres que j’ai lu, il m’a prit aux tripes du début à la fin, me faisant trembler voir pleurer d’émotion à de nombreux passages. Vraiment magique.

Le chef d’oeuvre officiel qui vous tombe des mains ?

Euh. Aucune flaggelation please, mais à part les livres classiques au collège-lycée, je n’ai jamais rien lu de classé en catégorie  » chef-d’oeuvre ». Pour moi ce sont juste des livres assommoirs, à réservé aux nuits d’insomnies. 

L’auteur avec qui vous aimeriez passer une soirée ? 

Pierre Boterro. Chose malheureusement impossible puisqu’ils nous a quitté en 2009, emportant avec lui les clefs des merveilleux univers où j’aime me replonger les longues soirées d’hiver. C’était un auteur merveilleux, doté d’une imagination et d’une générosité rare (merci pour tous les maux de l’âme que vous avez guéris en moi), je n’ai jamais autant voyagé qu’au rythme de ses mots et ses mondes, qui restent gravé dans mon coeur.

 Le livre dont vous auriez aimé être le héro ? 

Bonne question. A l’instinct … J’aurais aimé faire partie de l’aventure que Pierre construit avec rigueur dans ses trilogies ( Ewilan, Ellana, L’autre ). Cela aurait sans doute comblé mes envies étourdissantes d’aventures, d’amitié et de  partage. Plus humblement, l’héroïne que je trouve la plus proche de moi à l’heure actuelle, c’est Jude Murray. ( Joyaux du soleil, premier tome de la trilogie Magie Irlandaise de Nora Roberts). 

 Celui qui vous réconcilie avec l’existence ?

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gournelle. C’est un roman philosophique sur la recherche du bonheur. J’ai passé un très bon moment avec ce livre, je me suis reconnue dans plusieurs croyances, il m’a apprit énormément et j’ai plaisir à le retrouver quand je suis en proie au doute ou dans une mauvaise passe. 

Celui que vous offrez le plus ?

Des romans historiques et/ou régionnaux à ma grand-mère. Elle aimait beaucoup ce genre de littérature et comme je suis cliente France Loisirs, qu’eux aussi en sont friands, j’en profitais pour lui faire plaisir régulièrement ..

Un livre récent que vous avez envie de lire ?

Hum. Bonne question. Sans doute le nouveau Agnès Martin Lugand. 

Celui que vous aimeriez lire dans sa langue ?

Je sais que ce que je vais dire est nul pour toutes les subtilités que les traductions ôtent aux ouvrages mais aucun car je suis une bille en langue étrangère et ça deviendrait plus une corvée qu’un plaisir ..

Celui que vous voudriez lire avant de mourir ?

Tout ceux qui ne sont pas encore sortis. 

 

A très vite pour les premières fiches de lecture ! 

Baisers cellulosés.

Di. du blog Les chroniques de Di